L’état d’urgence, un autre nom pour l’arbitraire

par Félin Sceptique · publié lundi 23 novembre 2015

Il est 5h30, et comme tous les lundis depuis deux mois, Jean-Jacques se lève pour aller bosser. Il a la flemme, mais ce taf en intérim, il vient de le décrocher et il en a vraiment besoin. Il se prépare un café et allume la télé. Il met BFM, pour suivre les dernières infos. Il vit en banlieue et sort pas tellement sur Paris avec ses potes, c’est trop cher pour eux... Mais quand même, ce qui s’est passé vendredi dernier, ça lui fout les boules. Il finit son café et enfile un vieux jean, un t-shirt et ce pull dégueu que sa copine déteste. Il farfouille, elles sont où ces putains de clés ! Ah ça y’est, il les a retrouvées... Mais finalement, il n’en aura pas besoin. POLICE ! Merde, on vient de lui défoncer sa porte. Jean-Jacques, il se sent con, alors il reste là, ses clés à la main, à regarder les flics armés entrer chez lui. Ils le mettent à terre et le menottent. Ils se mettent à fouiller partout. Ils mettent un beau bordel ! L’un d’eux l’insulte. Jean-Jacques croit entendre « islamiste »... Il répond rien, parce que là, il comprend pas... Ouais, bon, il a bien fait des conneries quand il était plus jeune. Et un peu de taule, où il a trainé avec des types genre rigoristes. Mais il s’est rangé quand il a rencontré sa copine. Un écart de conduite et elle le largue, alors il se tient à carreaux. Et jamais il essayait de lui faire porter un voile, il s’en prendrait une... Mais alors, pourquoi les flics viennent de lui défoncer sa porte ? Ils ont même pas de mandats les mecs... C’est quoi ce bordel ?

Mon cher Jean-Jacques, ce bordel, c’est l’état d’urgence. Ce galopin vient de s’inviter chez toi, et crois-moi, tu ne vas pas l’aimer.

Bon vous l’aurez compris, je ne suis pas fan de cet « état d’urgence » dont tout le monde parle. Ce qui me gêne n’est pas tant son utilisation par le gouvernement quelques heures après les attentats qui ont touché Paris ce vendredi 13 novembre, mais le simple fait qu’il existe. L’état d’urgence, c’est l’arbitraire dans toute sa splendeur. Pour mieux le comprendre, je vous propose une série d’articles expliquant ce qu’est l’état d’urgence et les problèmes qu’il pose en matière de protection des droits fondamentaux. Le premier a pour objet de décrire la particularité de la loi relative à l’état d’urgence, celle de 1955 mais aussi celle du 20 novembre 2015. Le deuxième est consacré à l’analyse des mesures prévues par ces textes et les atteintes qu’elles portent aux droits fondamentaux. Enfin, le troisième décrit les sanctions de la violation de l’état d’urgence et les voies de recours existantes, ou inexistantes, c’est question de point de vue.

  1. Qu’est-ce exactement que l’« état d’urgence » ?
  2. Les mesures prévues, les libertés opprimées
  3. Peut-on contester l’état d’urgence ?

D’AUTRES ARTICLES

La non-vierge au non-enfant.

Hum, la journée internationale des droits des femmes... une belle journée pour faire plaisir à ces dames !
Même Google y…

Splendeurs et misères de Proserpine. Camille Saint-Saëns : Proserpine • Gens, Antoun, Henry, Teitgen, Schirmer.

Piano de santé publique. Dans les services de santé, le piano mobilisé • Amaury Breyne.

Mafalde corte con Zucchine e Gamberetti

On dit toujours force mal des réseaux sociaux, mais sans…