La non-vierge au non-enfant

par Félin Sceptique · publié mercredi 8 mars 2017

Hum, la journée internationale des droits des femmes... une belle journée pour faire plaisir à ces dames !
Même Google y va de son petit accueil sympathique pour mettre cette journée à l’honneur.

Oui, ils sont mignons ces petits dessins de chez Google. Sauf que moi, il y a un truc qui me chagrine : sur les 8 images à faire défiler, on voit des femmes adultes exerçant différentes professions, systématiquement accompagnées d’une petite fille. Et du coup, je me pose une question : pour Google, faut-il être une mère, avoir un enfant, pour avoir le droit d’être honorée en tant que femme ?

La question se pose réellement : Google n’est que le témoin d’un mode de pensée ; pour notre société, une femme est-elle réellement considérée comme telle, si elle ne veut pas / n’a pas d’enfant ?

On a beau être en 2017, la maternité reste un élément déterminant de la féminité, quand bien même de plus en plus de femmes choisissent de ne pas avoir d’enfant. D’ailleurs, celles qui font ce choix doivent toujours se justifier. Si une femme dit ne pas vouloir d’enfant, elle va nécessairement s’entendre répondre « ah, mais tu changeras d’avis ». Imaginez un instant que l’on fasse la même réponse à une femme qui désire être mère... Oui, hein, ça passerait tout de suite moins bien !

De ce fait, la plupart des femmes qui décident de ne pas avoir d’enfant doivent se justifier : « avec mon boulot, c’est pas possible », « dans le monde dans lequel on vit, je ne sais pas trop si c’est raisonnable ». Aucune n’osera vous répondre qu’elle n’a pas envie d’avoir d’enfant parce qu’elle tient à sa liberté, qu’elle n’a pas envie d’essuyer du caca dix fois par jours, qu’elle aime bien dormir la nuit ou pire encore, qu’elle n’aime pas enfants (là c’est le crime de lèse-majesté !) Alors que pour un homme, ne pas vouloir s’encombrer d’un marmot est tout naturel.

Peut-être qu’il y a là quelque chose à creuser en terme d’égalité : laisser réellement le choix aux femmes de ne pas être mères, sans les juger et sans les considérer comme des « sous-femmes ». Et en plus, ça ne coûte rien financièrement ! Juste un peu d’évolution dans les mentalités.

Alors, chers amis de chez Google, la prochaine fois que vous voulez honorer les femmes, je vous suggère de ne pas leur coller un mouflet dans les pattes, car en 2017, féminité ne devrait rimer plus obligatoirement avec maternité !

D’AUTRES ARTICLES

Lettre ouverte à Jordi Savall, et ce qui s’ensuit.

Le texte suivant est en fait constitué de trois « posts » par le violiste et violoncelliste Roberto Gini, ancien élève et…

Couperin, c’est sérieux. François Couperin : Pièces de clavecin • Aurélien Delage.

L’inattendu(e). Schubert : Lieder • Natalie Dessay, Philippe Cassard.

Mafalde corte con Zucchine e Gamberetti

On dit toujours force mal des réseaux sociaux, mais sans…