Trouvaille au royaume de Telemann

par Loïc Chahine · publié lundi 19 octobre 2015

Grande nouvelle ! En 1740, dans l’autobiographie qu’il confiait à Mattheson pour sa Grundlage einer Ehrenpforte une liste d’œuvres de sa composition dans laquelle figurent « vingt-six fantaisies pour le clavier, douze de même pour la traversière sans basse, treize pour la gambe1 ». On cite par ailleurs ses Douze fantaisies à basse de viole qui auraient été publiées en 1735 — la treizième pouvant sans doute être assimilée à la sonate en majeur (TWV 40:1) publiée dans Der Getreue Musik-Meister. La série de douze demeurait cependant perdue. Mais nous venons d’apprendre, par l’intermédiaire du Zentrum für Telemann-Pflege und -Forschung Magdeburg, qu’un exemplaire de l’œuvre a été retrouvé dans une collection particulière ! L’œuvre donnera lieu à une exécution par Thomas Fritzsch (photo ci-contre) dans le cadre du Magdeburger Telemann-Festtage en mars 2016.

Le musicien assurera également un enregistrement de l’œuvre et devrait en fournir une édition, qui est d’ores et déjà très attendue. Telemann a souvent composé pour la viole qui trouve une place de choix dans ses trios et quatuors — principalement la basse, mais aussi le dessus de viole qui s’illustre dans quatre trios avec hautbois et basse continue. Que ce soit dans les trios avec violon ou flûte ou dans les quatuors, et entre autres dans les Quadri de Hambourg et les Nouveaux Quatuors parisiens, la virtuosité n’est pas en reste dans les parties de basse de viole : on peut donc s’attendre, dans ces fantaisies nouvellement retrouvées, à une écriture riche et brillante.

La partition devrait paraître fin mars 2016 chez Güntersberg.

Note

1. Voir Georg Philipp Telemann, Autobiographies, textes traduits par Gabrielle Marcq, Symétrie, 2013, p. 63–64.

Nous remercions Jean-Christophe Pucek de nous avoir signalé l’article original en allemand.

D’AUTRES ARTICLES

La non-vierge au non-enfant.

Hum, la journée internationale des droits des femmes... une belle journée pour faire plaisir à ces dames !
Même Google y…

Splendeurs et misères de Proserpine. Camille Saint-Saëns : Proserpine • Gens, Antoun, Henry, Teitgen, Schirmer.

Piano de santé publique. Dans les services de santé, le piano mobilisé • Amaury Breyne.

Mafalde corte con Zucchine e Gamberetti

On dit toujours force mal des réseaux sociaux, mais sans…