Les Indes hongroises

par Loïc Chahine · publié samedi 3 mars 2018

Au fil des recréations, les deux phalanges dirigées par György Vashegyi, le Purcell Choir et l’Orfeo Orchestra, deviennent d’éminents défenseurs du répertoire lyrique français du xviiie siècle. C’est par Rameau qu’ils avaient entamé leur fructueuse collaboration avec le CMBV — Les Fêtes de Polymnie, publiées par Glossa en 2015 —, et, après un heureux détour par Mondonville, les revoici chez Rameau avec Les Indes galantes.

De cette œuvre-phare dont le nom est bien connu des mélomanes, dont certains passages (la danse du calumet de la paix) sont devenus des tubes, aucun enregistrement n’apporte entière satisfaction. Il faut croire toutefois que les Indes reviennent à la mode, puisqu’après Stéphanie-Marie Degand et sa Diane française à Sablé (2017), et avant Leonardo García Alarcón à Garnier (en 2019), György Vashegyi en livre sa lecture avec une brochette de solistes de haut vol.

C’est la version de 1761 qui a été retenue ici, qui avait fait l’objet de quelques ultimes remaniements, amorcés dès 1735. Le prologue, en particulier, a été raccourci, voyant disparaître totalement le rôle de l’Amour ; quant à l’entrée des « Fleurs », qui avait donné tant de peine en 1735 à Rameau et à son librettiste, Louis Fuzelier, et qui avait dû être réécrite de moitié, elle a été cette fois entièrement supprimée. La version de Budapest ne la fait donc pas entendre, conservant les trois entrées les plus dramatiques (les Incas, le Turc généreux et les Sauvages) ; seuls Damon et Alvar, chez les Sauvages, rappellent la présence dans l’œuvre d’un comique qui se répandait aimablement dans les Fleurs. Enfin, l’entrée « Le Turc généreux » a également été raccourcie, et quelques danses ont été supprimées par-ci par-là.

Ouverture

Faute d’avoir été à Budapest, nous avons suivi avec avidité la diffusion en direct sur le site du Müpa. Dès le prologue, il apparaissait manifestement que l’orchestre avait gagné en rondeur et en aplomb rythmique sans pour autant perdre de son dynamisme et de son explosivité. La direction nous a semblé plus énergique, plus théâtrale aussi, que ce que nous avions entendu dans les disques, et nous constatons donc avec bonheur que le style français s’exporte bien, et qu’il n’est pas besoin de résider à Versailles pour jouer du Rameau correctement — même s’il y a fort à parier que la houlette du Centre de musique baroque de Versailles pour assurer le rayonnement international de la musique française, et la présence sur place de Benoît Dratwicki ne sont pas pour rien dans l’acclimatation de Rameau en Hongrie.

Il faut dire aussi que les six chanteurs sont tous des connaisseurs, à commencer par Véronique Gens qui n’en est plus à découvrir le baroque. Lui revenait le rôle de Phani, auquel elle a su insuffler une altesse inattendue. Princesse de grande classe, elle n’a rien laissé dans l’ombre et son incarnation est sans doute appelée à faire date, tant elle évite le décorum. À ses côtés, Katherine Watson est loin de démériter, campant une Émilie (dans « Le Turc généreux ») pleine de tendresse et de délicatesse. La diction du français est presque impeccable, la ligne aussi. Dans les rôles d’Hébé (prologue) et de Zima (« Les Sauvages »), Chantal Santon Jeffery éblouit encore et toujours. La virtuosité, sollicitée tant par « Amants sûrs de plaire » (où l’on remarquera une magnifique gestion du vibrato) que, bien sûr, par « Régnez, plaisirs et jeux », est impeccable, d’autant plus impeccable que les coloratures ne s’envolent jamais au détriment de la rondeur du timbre. Mais le mot n’est pas oublié, et comme Véronique Gens, Chantal Santon Jeffery chante un texte.

Chez les Messieurs, Reinoud van Mechelen a endossé les trois rôles de haute-contre. Vaillant Carlos au timbre brillant, il manque peut-être un peu d’humour pour être un Damon vraiment convaincant — surtout pour qui a Mathias Vidal en mémoire. Thomas Dolié chantait Bellonne, et surtout le sombre inca Huascar. Souffrant, nous a-t-on dit, ce soir-là, il n’a hélas pas pu donner la mesure de la subtilité de son art, entonnant l’hymne « Soleil, on a détruit tes superbes asiles » avec peut-être trop de force et trop peu de tragédie, mais réussissant très bien le court monologue final dans lequel le coupable s’expose de lui-même à la flamme du volcan. Quant à Jean-Sébastien Bou, il donne du caractère au fade Adario, qui se découvre ici un certain héroïsme dans ce timbre d’airain.

« Brillant soleil »

De réalisation en réalisation, le Purcell Choir semble de plus en plus à l’aise en français. Sans atteindre encore tout à fait la perfection, il allie ici la vélocité (« les rochers embrasés s’élancent dans les airs », dans l’éruption du volcan des Incas) à la puissance (« Brillant soleil »). Reste encore à gagner un peu en netteté d’articulation pour rendre le texte pleinement intelligible — ce qu’il est vrai peu de chœurs parviennent à réaliser, à part celui du Concert Spirituel.

« Nous suivons sur nos bords »

« L’habitant des bords de la Seine »

Disons encore un mot de la direction de György Vashegyi, dont nous avons déjà loué la sagesse dans la théâtralité : voilà un chef qui ne cède pas à l’effet facile et qui respecte scrupuleusement les indications de la partition. S’il est noté doux, alors ce sera joué doux, et non fort. Voilà qui est fort appréciable ! Il ne restera qu’à se débarrasser du continuo dans les danses dont, on le sait, il était banni. Quelques-unes osées sans clavecin (l’Entrée des quatre nations et le deuxième menuet du prologue, par exemple) donnent une idée de ce que cela fait, et, oui indéniablement, cela apporte une couleur.

Bref, cette retransmission des Indes galantes suscite les plus vifs espoirs pour le disque à venir qui sera, à n’en pas douter, une référence majeure.

INFORMATIONS

Jean-Philippe Rameau, Les Indes galantes, version de 1761.

Concert donné à Budapest le 27 février 2018, en collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles.

D’AUTRES ARTICLES

Des habits neufs pour Robert de Visée ?. Robert de Visée : Pièces pour la théorbe & la guitare • Xavier Diaz-Latorre.

Quand Couperin fait « dodo »… . François Couperin : Pièces de viole • Atsushi Sakaï, Christophe Rousset.

Mafalde corte con Zucchine e Gamberetti

On dit toujours force mal des réseaux sociaux, mais sans…