Alla Romana, mais auf Deutsch

par Loïc Chahine · publié dimanche 4 octobre 2015 · ¶¶¶¶

La persévérance (c’est une manière aimable de dire l’obstination) peut être récompensée. Quand j’avais écouté le disque consacré à Schmelzer par l’ensemble Masques, je n’avais pas vraiment été convaincu. Le fruit n’était pas encore mûr, peut-être. Pour autant, j’ai voulu essayer tout de même ce nouvel opus centré sur Romanus Weichlein, compositeur assez peu connu et qui mériterait de l’être davantage, sans doute — à l’écoute des sonates ici présentées, on n’a plus de doutes.

Dès les premières mesures de la Sonate II de l’Encaenia musices qui ouvre le disque, on est captivé par la beauté plastique du son et sa souplesse. Les lignes mélodiques se déploient et se croisent sur la riche réalisation de continuo d’Olivier Fortin, également directeur artistique de l’ensemble ; puis survient la superbe chaconne ou passacaille qui charme l’auditeur, rappelant ce que la musique germanique du xviie siècle a de délectation quasi italienne — dans le livret du CD, Pieter Mannaerts rappelle la présence de Bertali à Vienne et de Farina à Dresde — mais avec quelque chose de moins dramatique, de plus méditatif, voire mélancolique.

On pourrait ici raconter ce que l’on sait de la vie de Romanus Weichlein. À quoi bon ? Cela ne dirait pas grand-chose de sa musique, et on trouvera ces informations ailleurs. Les sonates de l’Encaenia musices (l’Encaenia, c’est l’inauguration d’une église… on peut comparer ce titre au Fiducinum sacro-profanum de Biber, ou à ses Sonatae tam aris quam aulis servientes) sont pour la plupart composées à cinq parties, avec deux violons, deux altos ou violes et continuo. Le style rappelle parfois Schmelzer, avec toutefois quelque chose de plus amène, parfois Biber — à tel point que certains musicologues supposent que Weichlein a étudié ou du moins travaillé avec Biber. On pense également à certaines œuvres instrumentales de Buxtehude, comme ses sonates à trois parties (violon, viole et basse continue) opus 2. C’est dans ce recueil que l’ensemble Masques a puisé pour retenir cinq des douze sonates, les complétant avec des pièces pour clavecin et des arrangements pour deux clavecins — Olivier Fortin y est rejoint par Skip Sempé — de contemporains de Weichlein.

De prime abord, l’alternance (systématique : une sonate de Weichlein, une pièce pour un ou deux clavecins, une sonate, etc.) entre sonates de cordes et pièces pour clavecin(s) est surprenante. On se dit qu’on aurait peut-être souhaité un peu plus de Weichlein… Mais en y réfléchissant, en réécoutant, on s’y fait, et les pièces se mettent mutuellement en valeur. De plus, on trouve principalement, dans les œuvres jouées à deux clavecins des chaconnes et des passacailles, ce qui plaît toujours. Toutefois, ces pièces ne parviennent pas toujours à échapper à une certaine lourdeur, d’autant qu’Olivier Fortin et Skip Sempé ont tous deux un jeu plutôt musclé — la Ciaccona en mineur de Pachelbel en pâtit, mais une plus grande douceur, bienvenue, se fait jour dans celle en ut majeur de Johann Kaspar Kerll.

Côté ensemble instrumental, outre le plaisir hédoniste du beau son, on goûtera particulièrement la finesse de l’interprétation qui évite à la fois la sécheresse, voire le cabotinage, et la mollesse, pour s’épanouir dans un juste équilibre entre expressivité et retenue. On apprécie le moelleux de cette lecture qui donne aux sonates de Weichlein une couleur tout à fait délectable.

Il y a dans ce disque et à l’écoute de ce disque de l’ensemble Masques une chose dont on parle rarement et qui finalement est tout de même assez essentielle : du plaisir.

Extrait

Weichlein, Sonate II.

INFORMATIONS

Sonatas, Capriccio, Ciacconas & Passacaglia

Sonates de l’Encaenia musices op. 1 de Romanus Weichlein (1695). Œuvres pour clavecin et arrangements pour deux clavecins d’œuvres de Johann Kuhnau, Georg Böhm, Johann Pachelbel, Johann Kaspar Kerll et Georg Muffat.

Ensemble Masques
Olivier Fortin, clavecin, orgue et direction artistique

1 CD, 61’01, Alpha (Outhere music), 2015. Ce CD peut être acheté en suivant ce lien.

D’AUTRES ARTICLES

Lettre ouverte à Jordi Savall, et ce qui s’ensuit.

Le texte suivant est en fait constitué de trois « posts » par le violiste et violoncelliste Roberto Gini, ancien élève et…

Bartók en profondeur. Bartók : Sonate pour deux pianos et percussions, Sonate, Études op. 18, etc. • .

Apocoloquintose du sieur Froberger. Froberger en tête à tête • .

L’ombre oubliée de Mozart. Leopold Kozeluch : Sonates pour pianoforte, vol. 1 et 2 • Jenny Soonjin Kim.

Mafalde corte con Zucchine e Gamberetti

On dit toujours force mal des réseaux sociaux, mais sans…