Nymphes et pasteurs

par Loïc Chahine · publié samedi 31 mars 2018 · ¶¶¶

Après un premier disque consacré aux musiciens « Dans les services de santé », le pianiste Amaury Breyne poursuit son exploration avec deux partenaires : le flûtiste Pierre Pouillaude et la violoniste Yasmine. Ce vingt-septième volume de la collection « Les musiciens et la Grande Guerre » du label Hortus met à l’honneur un flûtiste, justement : Philippe Gaubert. Élève de Paul Taffanel (l’un des promoteurs, en France, de la flûte Boehm), « brancardier-musicien et sergent tambour-major », Gaubert est « incorporé aux services de santé au début de la guerre ». « Basé dans les secteurs des Éparges et de Verdun », écrit Sylvie Douche, « il tente d’oublier le cauchemar des tranchées en faisant vivre la musique au front ». Voilà qui explique bien la tonalité pastorale de la Sonate pour flûte et piano achevée en 1917, partition empreinte d’une douceur élégiaque.

La flûte de Pierre Pouillaude déploie une sonorité ample et homogène, généreuse et ronde, évitant toute stridence même dans l’aigu. Sur un Steinway de 1906, Amaury Breyne renoue avec les qualités que nous soulignions dans son précédent opus : un toucher raffiné et varié, le refus de tout excès, un talent certain pour le demi-jour, un jeu sans vanité. Signalons en particulier le superbe et douloureux « Noël en Picardie » de Jacques Ibert, d’une inquiétante retenue, où Amaury Breyne répète les motifs et les notes avec tant d’art que les répétitions ne sont jamais vaines, et où le développement s’élance avec une forme d’évidence mélancolique.

Guère plus tendues que la Sonate de Gaubert, ses Médailles Antiques (1916), tantôt rêveuses, tantôt sautillantes, trouvent une narration charmante où les trois partenaires se complètent fort agréablement. La violoniste Yasmine Hammami a la difficile tâche, justement, de jouer le « milieu », entre le piano et le violon, tâche dont elle s’acquitte avec un talent certain, sans pour autant s’effacer systématiquement. Ces Médailles Antiques, sous-titrées « Nymphes à la fontaine – Danses », dansent en effet, rêvent aussi — et sourient. « À vos jeux, mes amis » !

Extrait

Gaubert, Sonate pour flûte, 1er mouvement

INFORMATIONS

Catharsis

Œuvres de Ph. Gaubert, J. Ibert et D. de Séverac

Pierre Pouillaude, flûte
Amaury Breyne, piano
Yasmine Hammani, violon

1 CD, 58’15, Hortus, 2018.

D’AUTRES ARTICLES

Aimable et vif. Sterkel : Sonates pour pianoforte et violon • Els Biesemans, Meret Lüthi.

La jeunesse de Gounod. Gounod : Cantates et musique sacrée • Hervé Niquet, Flemish Radio Choir, Brussels Philharmonic.

Marin Marais tel qu’en songe. Marin Maris : Folies d’Espagne & Pièces de viole • Jay Bernfeld, Fuoco E Cenere.

Mafalde corte con Zucchine e Gamberetti

On dit toujours force mal des réseaux sociaux, mais sans…